Renforcement des capacités communales

logo-ndzuwani-f

pfccNdzuwani- Gold a démarré le projet de Renforcement des capacités communales en Organisation et Techniques Administratives. 

 

 

Le projet :

Porté par l’Agence Ndzuwani- Gold, ce projet de Renforcement des capacités communales en Organisation et Techniques Administratives a bénéficié du co- financement du Programme Franco- Comorien de Co-développement (PFCC).

Il s’agit d’une action qui entre dans le cadre du programme Gold Institute, notre Institut de Gouvernance Locale et de Développement. Il est prévu des séances formation sur l’île d’Anjouan qui seront assurées par deux experts membres de la diaspora comorienne, Said Halifa et Mradabi Ali.

Cette formation vise 3 objectifs :

  • Former les agents de Ndzuwani- Gold et les directions insulaires concernées par la décentralisation ;
  • Former les maires élus récemment pour conduire le chantier de développement de leurs communes;
  • Sensibiliser les autorités et les leaders politiques sur la décentralisation

 Une formation divisée en deux phases :

Du 11 au 16, le formateur Saïd Halifa a travaillé sur la première phase de ce projet.

Le lundi 11 janvier 2016, 20 personnes dont les agents de Ndzuwani- Gold, la Direction de la coopération décentralisée, la direction de l’urbanisme, la direction de l’aménagement du territoire et le commissariat des collectivités locales, ont assisté à une formation dont le but était de préparer à un meilleur accompagnement des communes, les structures concernées par la décentralisation.

DSC00188Du 13 au 16 janvier 2016, la formation a eu lieu.

Durant ces quatre jours, 25 personnes dont les 20 maires d’Anjouan, des agents du Commissariat des Collectivités Locales et de Ndzuwani – Gold ont abordé les 4 point suivants :

 

  1. Les compétences transférées dans le cadre des lois de la décentralisation. Les échanges avec les maires sur les pouvoirs qui leur sont attribués et les compétences qui vont avec ces pouvoirs ont été très riches.
  2. Les moyens de financement de la gouvernance locale. Les échanges et travaux se sont basés sur des outils de fiscalité qui permettront aux maires d’imposer la population et de posséder les moyens de la gouvernance locale
  3. Les ressources budgétaires de la commune. Le but étant de faire comprendre aux maires les prérogatives et les moyens de recherche de ressources de financement, au niveau de la fiscalité, des dotations de l’Etat ou avec des partenariats extérieurs comme le co développement, la coopération décentralisée ou encore la diaspora.
  1. Les projets de développement. Il s’agissait de montrer aux maires comment traduire les promesses de campagnes en de véritables projets de développement pour leurs territoires respectifs. Les maires ont travaillé sur des projets agricoles, sur l’enseignement et sur la santé.

Une formation qui continue :

La première phase de la formation a été clôturée le samedi 16.

Du 25 au 28, les ateliers de formation des maires de Ndzuwani continueront avec le deuxième formateur, M. Mradabi Ali.

DSC00247 (FILEminimizer)

Le portrait du mois

archi

Pour le N°11 de Waraka, nous présentons, Archimed ALI, notre chargé de mission-Solutions informatiques

Cursus scolaire et universitaire
Archimed ALI est né sur l’île d’Anjouan, dans la commune de Bandrani Mtsangani le 08 décembre 1986. Il effectua ses études à Mutsamudu, à l’Ecole Privée Wemani pour le primaire et au Lycée Privée Kibala pour ses études secondaires.
En 2004, il décrocha son BAC série D.
C’est à Madagascar qu’il partit poursuivre ses études supérieures à L’EUROI (Espace Universitaire Régionale de l’Océan Indien) et sort diplômé en 2011 d’un Diplôme d’Ingénieur en Télécommunication.

Des Compétences associées
Attiré depuis très jeune par l’informatique, Archimed Ali a saisi les occasions qui lui étaient offertes à l’Université, pour approfondir ses connaissances en Programmation WEB, en système de gestion de base de données et en maintenance des systèmes informatiques. Il maîtrise également les logiciels libres.

Entrée au monde professionnel
Dans le courant de l’année 2013, il fonde l’Ecole Pluridisciplinaire à Vocation Professionnelle (E.P.A.C.) et devient actionnaire de cette école proposant actuellement des formations pour aides-soignants.

En août 2014, il intègre l’Agence Anjouanaise de Gouvernance Locale et de Développement, Ndzuwani-Gold, en tant que Chargé de Mission «Solutions Informatiques».
Dans le cadre de sa mission, Il a travaillé à la création de trois grands sites web :
– le site internet de l’agence (www.ndzuwanigold.org)
– le portail web des communes des Comores (www.mairiekm.info)

Dans le cadre de son travail de responsable du département informatique, il encadra le développement de deux applications phares de Ndzuwani- Gold : l’application d’informatisation du fichier de l’Etat Civil, « Raîya », et le jeu « Suala », série de questions sur la décentralisation et les communes des Comores.

La Cop21 et les communes comoriennes

12241693_319085448264989_4575886757276396573_nDans le cadre de la Cop21, tenue du 30 novembre au 11 décembre 2015, l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF) a organisé à Paris, un Sommet des Elus Locaux, où ont pris part de nombreux maires.
Le maire de Mutsamudu et son adjoint ont représenté la commune capitale.
A Anjouan, l’implication des communes s’est fait ressentir à travers des actions sur la lutte contre les déchets.

Plusieurs ONG et les mairies de Mutsamudu et de Mirontsy ont pris part au débat-citoyen sur les changements climatiques et à l’opération de nettoyage sur le littoral des deux villes le week-end du 14 au 15 novembre 2015.
Cette activité précède la 21e Conférences des parties (Cop21) qui s’est tenue à Paris le 30 novembre dernier.

A Bambao Mtrouni, un week-end de reboisement a rassemblé des organisations de la société civile et les représentants de l’administration communale.

Le statut des maires à l’ordre du jour

AprèsDSC02780 le Congrès des Maires Comoriens à Anjouan, nos cinquante-quatre (54) maires  ont tenu à Moroni du 17 au 23 décembre, leur deuxième grand rassemblement.
Elus en mai 2015, il a fallu attendre décembre pour que la question du statut du maire soit à l’ordre du jour.

Durant une semaine, les élus communaux des Comores ont suivi un programme reposant sur des travaux de rédaction, des plaidoyers auprès des différentes autorités rencontrées, des invitations et une conférence de presse.

Les maires de Moheli, d’Anjouan et de la grande comore ont été assistés techniquement et juridiquement par l’Agence Ndzuwani- Gold, lors des travaux en atelier. Un projet de loi a ainsi été finalisé et remis au Gouvernement pour soumission à l’Assemblée Nationale.

Les rencontres parallèles avaient pour objectif de sensibiliser les autorités concernées par la question. Nos maires ont ainsi été reçus par :
– Le Ministre de la justice
– Le Ministre de l’intérieur
– Le Ministre de la justice
– Le Directeur de la Décentralisation
– Le Procureur de la république
– Le Président de l’Assemblée Nationale
– Le Gouverneur de Ndzuwani
– Le Gouverneur de Ngazidja
– Le Président de la République
De ces rencontres, ils ont obtenu, un accord de subvention de cinq million de francs comoriens par commune. Ce budget a été accordé à titre de frais d’installation des communes.